lunes, 3 de marzo de 2014

#elearning , #MOOC , qualité , TIC, Chine ... [5 enlaces][5 links]



6. La rupture du faire est la rupture de chacune des modalités de la société, chacune des modalités de nous-mêmes.

C’est la séparation du faire et des acteurs du produit de l’action qui conduit les personnes à ne pas se considérer mutuellement comme des acteurs, mais comme des propriétaires (ou des non-propriétaires) du produit (conçu dès lors comme un objet séparé du faire). Les rapports entre personnes existent comme rapports entre choses et les personnes existent, non pas comme acteurs, mais comme porteurs passifs des choses. Cette séparation des acteurs du faire - et de ce fait, d’eux-mêmes - est traitée dans les ouvrages en des termes étroitement associés : l’aliénation (le jeune Marx), le fétichisme (le vieux Marx), la réification (Lukâcs), la discipline (Foucault) ou l’identification (Adorno). Chacun de ces termes traduit clairement que le pouvoir-action ne peut pas être compris comme quelque chose qui nous serait extérieur, et qu’il imprègne tout au contraire chaque modalité de notre existence. Tous ces termes se réfèrent à une ossification de la vie. Un endiguement du flux social du faire, un rétrécissement des possibles.
Le faire est transformé en être : telle est l’essence du pouvoir-domination. Alors que le faire signifie que nous sommes et que nous ne sommes pas, la rupture du faire annihile le « nous ne sommes pas ». Il ne nous reste que le « nous sommes ». Le « nous ne sommes pas » est oublié ou renvoyé au rang de pure utopie. Il n’existe plus comme possible. Le temps s’homogénéise.
L’avenir est maintenant le prolongement du présent ; le passé, l’antécédent du présent. Tout faire, tout mouvement est inscrit dans le prolongement de ce qui est. Ce peut être merveilleux de rêver à un monde digne de l’humanité mais ce n’est rien d’autre qu’un rêve. L’état du pouvoir-domination c’est l’état du « les choses sont comme ça », l’état d’identité.


6. La ruptura del hacer es la ruptura de cada aspecto de la sociedad, cada aspecto de nosotros


La separación de lo hecho del hacer y de los hacedores significa que las personas ya no se relacionan entre si como hacedores, sino como propietarios (o no propietarios) de lo hecho (visto ya como una cosa divorciada del hacer). Las relaciones entre las personas existen como relaciones entre cosas, y las personas existen no como hacedores sino como portadores pasivos de las cosas.
Esta separación de los hacedores del hacer-y, por lo tanto, de ellos mismos-está discutida en la literatura en términos estrechamente relacionados entre si: alienación(el joven Marx), fetichismo (el viejo Marx), reificación (Lukács), disciplina (Foucault) o identificación (Adorno). Todos estos términos establecen claramente que el poder-sobre no se puede entender como algo externo a nosotros, sino que permea cada aspecto de nuestra existencia. Todos estos términos se refieren a una rigidificación de la vida, una contención del flujo social del hacer, una cerrazón de las posibilidades.
El hacer está convertido en ser: esto es el núcleo del poder-sobre. Mientras que el hacer significa que somos y no somos, la ruptura del hacer arranca el "y no somos". Lo que nos queda es simplemente "somos": identificación. El "y no somos" o se olvida o se trata como puro sueño. Se nos arranca la posibilidad. El tiempo se homogeneiza. El futuro es ahora la extensión del presente; el pasado, el antecedente del presente. Todo hacer, todo movimiento, está contenido dentro de la extensión de lo que es. Puede ser lindo soñar con un mundo digno de la humanidad, pero es nada más un sueño. El régimen del poder-sobre es el régimen del "así son las cosas", el régimen de la identidad. 


Hoy , que hace mucho que no le echamos de comer a nuestra sección [5 enlaces][5 links]  , y lo hacemos, ya que después de USA , Francia en el segundo pais que más nos visita en este blogcito .. con un variadito de noticias de e-learning del entorno frances .. sólo una anotación baladí .. lo contento q estan siempre los jovencitos y los guapetones que son cuando hacen #elearning madreee ... lo que me hizo recordar las 12 tesis de Holloway , y con la sexta abrimos este posteito   : 

1) Le e-Learning atterrit au Maroc en webdo


L’Université internationale de Rabat (UIR) sera dotée d’un important pôle numérique ce qui offrira une opportunité pour de nouvelles formes de communication pédagogique, d'accès aux savoirs et d'accompagnement des apprentissages des étudiants à travers l’utilisation des TICS.
«C’est toute une dématérialisation qui va se faire au sein du campus de l’université», s’est félicité le Président de l’UIR, soulignant qu’à travers cette université numérique, les étudiants auront accès en permanence à des banques de données extérieures et au Massive Open Online Course (cours en ligne ouverts et massifs, MOOC), ainsi qu’à toute la connaissance qui sera mise en ligne.
L'UIR qui annonce cette première au Maroc précise que cet ambitieux programme verra le jour grâce à un don de 10 millions de Dirhams octroyé par la Banque Africaine de Développement (BAD). (...)

2) Les TIC à l'assaut des monopoles et créent de nouvelles pratiques en LesEchos.fr  by Cheramy


LE CERCLE. Récemment, la start-up UBER annonçait le lancement en France de son application mobile permettant à chaque automobiliste de transporter des particuliers contre rémunération, en concurrence avec les taxis. Le contournement du "monopole" par une application Internet donne lieu à une réflexion personnelle sur la nature et le rôle des technologies de l'information et de la communication (TIC).

1 - Les TIC déplacent des emplois. Elles nécessitent des compétences nouvelles. Au total, on peut penser que les TIC globalement réduisent le nombre de postes de travail, comme toute innovation qui simplifie la vie. Elles font gagner du temps à tout le monde. Elles contribuent à donner un autre éclairage à la vie sociale. Les citoyens se sentent plus proches et plus solidaires.
2 - Les TIC raccourcissent les circuits de contact dans la chaîne économique des valeurs. Donc, en conséquence, moins de TVA à la puissance N (N étant le nombre d’acteurs dans la chaîne), donc moins de rentrées d'argent pour l'Etat, un prix plus abordable pour l’utilisateur final et une rémunération correcte pour l’innovateur et le nouvel agent économique. A noter également que le personnel de gestion de la société innovante présente un coût initial minimum (pas de grands diplômés, pas de grands corps de l’Etat dans l’état-major). (...) 

3)   Essor de l’e-learning : pourquoi ne parle-t-on jamais de qualité ? en Ágora Vox by  Godefroy Picart


Les points de vue d’experts sur le marché de l’e-learning en France se multiplient dans la presse et autres média depuis des années. Nombreux sont ceux qui annoncent une explosion imminente du marché, d’autres argumentent les multiples avantages des formations à distance ou des solutions mixtes (blended learning), certains spéculent sur le succès des Massive open online courses (MOOC), les plus connectés vantent les mérites du mobile learning sur tablette ou smartphone.

Paradoxalement, les principaux intéressés de ce débat en sont quasiment absents. S’expriment publiquement au sujet de l’e-learning les éditeurs de contenu pédagogique à distance, les organismes de formation intégrant ce type de contenu dans leur offre, les pouvoirs publics souhaitant afficher une volonté de modernisation de l’enseignement. Il arrive également qu’un DRH ou responsable de formation saisisse l’occasion de communiquer sur le déploiement au sein de son grand groupe d’un nouveau programme de formation à distance. (...) 

4) Les TIC à la rescousse de la sauvegarde des jeux du patrimoine  . Tunisie en Web Manager Center
  • L'Association tunisienne de sauvegarde des jeux et sports du patrimoine a signé un accord de partenariat avec le Centre national de l'informatique pour l'enfant. L'objectif de cet accord est d'échanger les expériences dans le domaine de l'animation éducative, sociale et culturelle par le bais de l'utilisation des jeux de patrimoine au sein de programmes de formation des cadres des établissements de l'enfance et la sensibilisation de l'enfant au patrimoine.
    Ezzedine Bouzid, président de l'Association, a souligné à l'agence TAP que cet accord, signé mardi 25 février, vise à encourager la recherche dans les jeux du patrimoine dans la société tunisienne et à faire participer l'enfant à ces jeux en se basant sur les technologies de l'information.

5)  E-learning : le Chinois TutorGroup lève 100 millions de dollars auprès d’Alibaba en French.web


a société compte plus de 2 000 professeurs dans le monde.
tutorgroup-1Spécialisée dans l’apprentissage des langues en ligne, le Chinois TutorGroup annonce une levée de fonds de 100 millions de dollars auprès d’Alibaba, Temasek et Qiming Venture. La société indique qu’elle compte utiliser ce nouvel investissement pour accélérer sa croissance et asseoir sa position en Asie et dans les Amériques.

 Fuente: [ varias ]

buscador

Google